Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 03 septembre 2010

Images d'août

Très petite moisson d'images cet été.

Des vacances aussi pour l'appareil photo...

Vieilles portes, un vitrail de Soulages à Conques, une 2cv aux objets trouvés, du foin rentré dans une grange, des pêcheurs ou des chevaux au beau milieu de la rivière... vie calme, assoupie, entre parenthèses.

Mais la rentrée est là, et le "déclic" viendra...

 

Philippe Ibars IBA_4073.jpg
Philippe Ibars IBA_4126.jpg
Philippe Ibars IBA_4060.jpg
Philippe Ibars IBA_4315.jpg
Philippe Ibars IBA_4137.jpg

Philippe Ibars IBA_4049.jpg

Philippe Ibars IBA_4135.jpg
Philippe Ibars IBA_4044.jpg

08:53 Écrit par Phil dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : aveyron, chevaux, portes, conques | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

mercredi, 20 juin 2007

Portes, fenêtres et façades...


Comme beaucoup de photographes j’aime les portes, les fenêtres, les façades des maisons. Elles en sont d’humaines métaphores, tout ou partie de leur visage discret ou lourdement fardé. Elles appartiennent au monde de l’entre-deux, donnent à voir à ceux du dehors ce que ceux du dedans veulent bien laisser paraître. Elles disent en filigrane l’ordre, la rigueur, le soin, la poésie, la fantaisie, la fierté, la vanité, la naïveté, le bon, le mauvais goût.
Vieilles, très vieilles portes ouvertes et fermées mille fois puis fermées à jamais, blessées de clous rouillés, de gongs cassés ou déchaussés, de serrures inutiles, de heurtoirs sclérosés, de poignées arrachées, de chatières grossières, je vous ai vues en sépia il y a longtemps, dans les Cévennes. C’est vous, je crois, qui m’avez fait aimer tous ces paravents de l’intime.
J’ai photographié, depuis, beaucoup de portes, beaucoup de fenêtres, de façades de toutes sortes car j’aime imaginer – ou vous laisser le faire – l’invisible théâtre qui se joue de l’autre côté de ce qui est donné à voir. Devant ces portes closes, ces carreaux sombres, ces murs impénétrables, nous ne sommes en fait que d’aveugles voyeurs et notre fantaisie sert de prothèse à nos yeux impuissants. Nous échafaudons d’improbables histoires, nous composons des familles, nous écrivons des sagas, nous tricotons du bonheur comme nous aimerions en vivre.
Et puis, parfois, la porte s’ouvre, la fenêtre s’entrebâille, le dedans se trahit. Alors nous détournons la tête. C’était plus vrai dans notre histoire.

16:20 Écrit par Phil dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : portes, fenêtres, façades | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |