Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 15 février 2014

Les épaules du père

Les épaules du père.jpg

Hier j'ai écouté Albin de la Simone chanter "Mes épaules"...

Pendant que s’égrenaient les notes et les mots de cette jolie chanson me revenait cette note publiée il y a quatre ans dans ce blog.

Un blog n'est pas un site web, naviguer dans ses profondeurs n'est pas chose aisée, alors, de temps en temps, faisons remonter à la surface des notes enfouies dans les couches passées, des notes qui ont compté et celle-là en est une.

 

Je ne me souviens pas des épaules de mon père. Enfin, je ne me souviens pas du contact de ses épaules, lorsqu’il me hissait dessus, afin que je puisse moi aussi profiter du spectacle… il a dû le faire, je l’ai fait bien souvent, moi, avec mes enfants. Mon père a dû le faire, c’est sûr. Et mes enfants, est-ce qu’ils se souviennent de mes épaules ? Ils me disent que oui, qu’ils n’ont pas oublié, que cela ne s’oublie pas, qu’on en garde à jamais comme une impression grisante de toute puissance, l’espace d’un instant...

Que les enfants oublient ou pas les épaules du père, le père, lui, c’est toute sa vie qu’il garde le souvenir délicieux de ses enfants sur ses épaules, toute sa vie qu’il garde cette sensation de transporter leur âme vers la « maison de demain » comme dirait Khalil Gibran pour qui nos enfants ne sont pas nos enfants…

Les bras de la mère sont là dès la naissance, bras enveloppants, havres de bras, ils sont le vrai cordon ombilical qui relie pour longtemps le bébé puis l’enfant à sa source, plus tard parfois aussi l’adolescent, le fils ou la fille grandis, puis homme ou femme devenus. Les bras de la maman ont le pouvoir perpétuel de tout ré-enfanter…

Les épaules du père, c’est autre chose. Elles entrent en jeu plus tard que les bras de la mère et pour un temps plus court. Elles projettent l’enfant au-dessus de la mêlée en l’arrimant fermement à l’ancre familiale. Elles lui donnent le goût du large, elles lui font humer la houle tout en l’en protégeant.

Bras de la mère, épaules du père… la main des deux pour consoler d’une caresse une joue triste qu’une larme traverse… peut-être un peu simpliste, non ? voire...

Allons ! Les pères d’aujourd’hui ouvrent aussi souvent qu’ils le peuvent ou qu'ils le veulent leurs bras câlins, tout comme les mères, et les mères modernes ont de solides épaules.

Mais ça ne fait rien, l’espace d’un instant cette idée des épaules du père et des bras de la mère a bercé mon esprit envahi des bouffées de l’enfance. À tous les enfants de la terre, que peut-on souhaiter d’aussi fort que des épaules et des bras, paternels, maternels, dans l’ordre qu’on voudra, pour aller bravement vers demain ?

Epaules 01.jpg
Epaules 03.jpg

Epaules 13.jpg

Epaules 02.jpg
Epaules 07.jpg
Epaules 06.jpg
Epaules 08.jpg
Epaules 09.jpg
Epaules 04.jpg
Epaules 10.jpg
Epaules 12.jpg

Epaules 15.jpg

Epaules 17.jpg
Epaules 18.jpg
Epaules 05.jpg

19:01 Écrit par Phil dans Famille, Images, Musique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : famille, épaules, bras, bercer, câliner, enfants, parents, papa, maman, père | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |