Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 19 août 2009

Jardins des ombres

024. Le chat. DSC_4796 copie.jpg

 

Il y a longtemps que je n’ai rien présenté sur Les Jardins de la Fontaine, pourtant la justification principale de ce blog. C’est que j’ai dû partager « mon » Jardin très souvent et pour de nombreuses raisons. Il a été le Salon européen de la bande dessinée, la prairie d’une centaine de chevaux durant la féria – j’en montrerai quelques images à l’occasion –, scène de théâtre, d’opéra, de ballets, de lectures publiques, de concerts durant les Nuits des Jardins, par exemple, et aussi salle de cinéma de plein air pour le festival Un réalisateur dans la ville, espace scénique pour quelques représentations de la Féérie des eaux. Et j’oublie, j’en suis sûr, bien des rendez-vous que les Jardins proposent.

Au quotidien, les touristes affluent pour rechercher – en vain – un soupçon de fraicheur dans la torpeur nîmoise, les pelouses ont comme un air de plages bondées et les enfants prennent la statue des Amours pour un mobile à escalader… Les Jardins vivent, bougent, attirent pour toutes sortes de raisons toutes sortes de gens, de passage ou d’ici. On y vient pour flâner, simplement, lire (souvent), se dégourdir les jambes, courir, jouer aux boules ou au ballon (qui finit invariablement ses jours dans les eaux du canal), faire la sieste, faire de la musique, flirter voire plus pour les plus audacieux, sortir le chien, promener les enfants, s’exercer au qi gong ou au tai chi, faire une halte « photo-de-mariage » à grand renfort de bendirs, de trompes et de youyous... En définitive, les Jardins de la Fontaine sont une immense « salle polyvalente » de plein air.

Voilà... cette fois, ce ne sont pas vraiment les Jardins de la Fontaine que je montre, dans un diaporama sur les Jardins de la Fontaine. J’attends des jours plus tranquilles pour me les « réapproprier ». Les images de ce diaporama, ce sont des ombres des Jardins, noirs paraphes des murs, des bancs, des balustres, des plantes et des arbres. Mais si le silence qui suit du Mozart c’est toujours du Mozart, comme disait Sacha Guitry, alors les ombres des Jardins sont aussi les Jardins et enrichissent sans qu’on s’en rende compte leur palette infinie. Oui, c’est cela, les ombres sont à la lumière ce que le silence est à la musique et c’est ce silence que j’ai fouillé à travers mon objectif. Jusqu’a ce qu’on me rende « mes Jardins » !

17:09 Écrit par Phil dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : jardins de la fontaine, ombres | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |