Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 21 avril 2010

Stuck in Stockholm (coincé à Stockholm)

Philippe Ibars Stockholm DSC_9286.jpg

Voici quelques photos volées, valises aux pieds, à la va-vite ou de derrière les vitres plus ou moins sales des trains empruntés pour revenir de Stockholm.

Moins de trois heures d'avion à l'aller, plus de 26 heures au retour,  mais beaucoup moins sans doute que ne dura le trajet de notre Maréchal Bernadotte qui alla se faire élire Roi de Suède en 1810 avec sur sa poitrine un tatouage très éloquent : « mort aux rois » ...

Comment revenir de Stockholm lorsque le ciel reste vide hormis de cendres invisibles ?

 

À vélo, peut-être ?

Philippe Ibars Stockholm IBA_9329.jpg

En auto ?

Philippe Ibars Stockholm IBA_9348.jpg

En grosse cylindrée ?

Philippe Ibars Stockholm IBA_9351.jpg

En bateau-bus ? Pas chers à Stockholm et très pratiques, mais pour aller si loin ?

Philippe Ibars Stockholm DSC_9024.jpg

Tant qu'à faire, en vrai bateau, alors, qu'on s'amuse en croisière...

Philippe Ibars Stockholm IBA_9406.jpg

En bus alors ? Ils sont ponctuels, à la minute près, c'est extraordinaire... mais bon, oublions...

Philippe Ibars Stockholm IBA_9382.jpg

En métro ? Idée à creuser... et nouvelles lignes avec...

Philippe Ibars Stockholm DSC_7932.jpg
Philippe Ibars Stockholm DSC_8234.jpg
Philippe iBARS sTOCKHOLM DSC_7980.jpg
Philippe Ibars Stockholm DSC_9077.jpg

Alors, le train...

La gare de Stockholm grouille de monde. Six heures d'attente pour une réservation. Tous les trains ont été pris d'assaut. Un départ dans trois jours, à prendre ou à laisser. Au train où vont les choses, prenons le train donc...

Philippe Ibars Stockholm DSC_9264.jpg
Philippe Ibars Stockholm DSC_9207.jpg
Philippe Ibars Stockholm DSC_9279.jpg
Philippe Ibars Stockholm DSC_9251.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9484.jpg

Premier train : Stockholm - Malmö

Philippe Ibars Stockholm IBA_9492.jpg

Tout le monde à bord est dans la même « galère ». Certains ont déjà pris trains et bateau pour rejoindre Stockholm. Le paysage se déroule, les arrêts sont nombreux, la Suède que nous traversons est de plaines, de bois et de lacs habillée, les maisons colorées éclairent ces paysages qui deviennent uniformes. Train bien conçu, avec des prises pour brancher tout ce qui peut se brancher : j'écoute les Ten Years After : I'm Going Home. On est dans un road movie ou pas, non ?

De nombreuses gares, immanquablement annoncées par les floraisons de graphs qui ponctueront ainsi tout le trajet, de Stockholm à Marseille !

Philippe Ibars Stockholm IBA_9515.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9504.jpg

Philippe Ibars Stockholm IBA_9530.jpg

Philippe Ibars Stockholm IBA_9544.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9533.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9522.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9543.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9545.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9550.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9562.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9572.jpg

Deuxième train : Malmö - Copenhague
Philippe Ibars Stockholm IBA_9564.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9567.jpg

Le trajet est assez court, le train passe le détroit de l'Øresund par le pont du même nom, de 8 kilomètres de long et s'engouffre ensuite dans un tunnel pour déboucher au Danemark, terminus Malmö pour nous, tant pis pour Elseneur et pour Hamlet que j'aurais bien aimé, en d'autres circonstances, y aller retrouver...

L'intérêt inattendu du téléphone portable est que dès qu'une frontière est franchie - ce qu'on ne constate plus de visu aujourd'hui - des messages nous parviennent aussitôt pour des offres de sms et d'appels à des prix imbattables. Ainsi, et tout à fait indirectement, nous serons prévenus de nos entrées au Danemark, en Allemagne, en Belgique et en France...

Philippe Ibars Stockholm IBA_9566.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9577.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9581.jpg

Voilà Copenhague. Belle ville, sans doute, belle gare, c'est sûr. On pointe le nez à l'extérieur, on a près de deux heures d'attente, mais les bagages pèsent. Que de vélos ! Beaucoup plus qu'à Stockholm... pourtant (voir ma note du 218/12/2009). Une foire aussi, dont on ne voit qu'une attraction vertigineuse...

Dans la gare une publicité vante un site étrange qu'on pourrait traduire ainsi : www.vendezvotremaman.com !

Il y a quelque chose de bizarre dans le royaume du Danemark dirait Hamlet, ici chez lui ou presque...

Philippe Ibars Stockholm IBA_9583.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9597.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9626.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9586.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9587.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9609.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9618.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9632.jpg

Troisième train : le City Night Line, de Copenhague à Cologne

Philippe Ibars Stockholm IBA_9636.jpg

Un train de nuit de la nuit des temps, avec un joli nom, on oubliera le reste... des arrêts interminables, incompréhensibles parfois, la tension va monter car la correspondance avec le Thalis à Cologne sera même menacée... des villes traversées dans la nuit, dont restent en mémoire les noms fugaces, éclairés sur des quais désertés : Ringsted, Odense, Kolding, Padborg, Flensburg, Neumünster, Hambourg, Hanovre, Dortmund ...

Philippe Ibars Stockholm IBA_9649.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9666.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9659.jpg

Enfin Cologne, la cohue s'extirpe du train long comme un jour sans pain. On fonce... vers où ? Rien n'est indiqué, rien n'a été prévu pour renseigner au minimum le flot des naufragés du volcan... tout le monde suit tout le monde, l'angoisse grandit. Bon quai ? mauvais quai ? Voilà le Thalis, il va démarrer dans une minute, pas plus... mais une fois parti il prendra une heure de retard à cause de problèmes de signalisation, au désespoir de nombreux passagers qui pourront dire adieu à leurs correspondances !

Philippe Ibars Stockholm IBA_9676.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9697.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9693.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9707.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9677.jpg


Quatrième train : Thalis, de Cologne à Paris

Nous roulons en Allemagne, encore, au petit jour, et puis c'est la Belgique, Liège, Bruxelles, avec ce retard qui ne se résorbera plus. Notre voisine de galère fait la tête. Musicienne de Stockholm, elle se rend à Paris pour répéter pendant un mois un opéra. Elle avait deux billets d'avion, un pour elle et un pour son instrument, entre violoncelle et contrebasse, qui a passé la nuit dans une couchette du City Night Line, comme nous... Elle va, c'est maintenant sûr, manquer sa première répétition à l'Opéra de Paris.

Les téléphones portables bruissent d'ailleurs des échos polyglottes de dizaines d'histoires de retards, de problèmes à régler, de rendez-vous manqués. Madrid, Barcelone, Bordeaux, Paris, Londres, New-York, Casablanca sont des noms qui flottent dans l'air du train comme défilent sur les quais les noms des gares qu'on traverse.

Philippe Ibars Stockholm IBA_9689.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9690.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9698.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9700.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9714.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9722.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9727.jpg

Enfin ! la flèche picarde d'une église et le téléphone cellulaire nous accueillent au bercail... ou presque. Bientôt la banlieue parisienne et puis la Gare du Nord, la course dans le métro, deux lignes, pour rejoindre la Gare de Lyon.
Ici aussi c'est la cohue : à la colère du volcan s'ajoute celle des cheminots français...  des trains sont là, d'autres pas, les voyageurs sans billets sont priés de différer leurs départs, tous les trains sont complets.  Par chance, depuis Stockholm j'ai pu réserver un  TGV Paris-Marseille qu'on va attendre patiemment (au point où on en est...) sur le parvis de la Gare. Dehors, deux surprises : le soleil qu'on avait un peu perdu de vue et l'absence de bancs. À Stockholm il y a des bancs partout, parfois rangés comme au théâtre, pour que les gens se repaissent du spectacle d'eux-mêmes, peut-être... Ici, apparemment, il faut bouger, ne pas stationner, ne pas se grouper... tiens tiens...  les urbanistes devraient suivre quelques cours de sociologie !

Philippe Ibars Stockholm IBA_9729.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9731.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9732.jpg
Philippe Ibars Stockholm .jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9735.jpg

Philippe Ibars Stockholm IBA_9739.jpg

Cinquième et dernier train : TGV Paris - Marseille

Pourquoi Marseille ?

C'est qu'il faudra prendre une navette de la Gare Saint-Charles jusqu'à l'aéroport de Marignane afin de récupérer la voiture pour le dernier trajet !

Et la boucle sera bouclée ! A bord de TGV (c'est la formule consacrée) je lutte : les paysages et la fatigue se disputent mes yeux. J'entrevois à peine le squelette d'acier de la Gare d'Aix-en-Provence,  la banlieue de Marseille et vite, il faut se ruer sur les navettes... retrouver la voiture et Nîmes, bientôt, ville romaine qui étale au loin, après le plateau de Garons, ses barres de béton.

Philippe Ibars Stockholm IBA_9747.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9762.jpg
Philippe Ibars Stockholm IBA_9771.jpg

Voilà.

Qu'on est bien chez le roi, fût-il suédois de française lignée, mais qu'on est mieux chez soi !

Je n'ai pas dit que l'un des thèmes de culture générale sur lesquels je fais plancher mes élèves est... Le détour.

J'aurai beaucoup, beaucoup de choses à dire là-dessus, désormais !

Enfin, et pour clore la note, je laisse deux images qui traduisent beaucoup mieux l'ambiance d'une ville que j'ai retrouvée avec plaisir et que je montrerai sous d'autres aspects dans de prochaines notes, le temps d'atterrir...  mauvaise métaphore...

 DSC_8292.jpg
 Philippe Ibars Stockholm DSC_8193.jpg

 


 

 

 

 




22:15 Écrit par Phil dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : voyages, suède, stockholm, malmö, copenhague, avion, volcan islandais | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |