Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 02 octobre 2013

Mes photos du 3 octobre 1988 dans Midi Libre

inondations,crue,3 octobre,Nîmes,apocalypse

Midi Libre du 2 octobre 2013 : ma photo est celle du haut

inondations,crue,3 octobre,Nîmes,apocalypse

Ici aussi, c'est une de mes photos.

Aujourd'hui Midi Libre a publié un numéro sur les inondations du 3 octobre 1988.

J'avais laissé au journal mes images, sans rien demander en contrepartie, si ce n'est d'en être "crédité", c'est la moindre des choses !

Apparemment, Midi Libre ne reconnaît plus les auteurs des photos qu'on lui remet, la mémoire des inondations lui fait défaut sur ce point au moins !

Alors, je me crédite moi-même...

... et je publie à nouveau la note que j'avais postée lors de la commémoration des 20 ans de cette catastrophe.

 

medium_Inondations.jpg


Nous n’avons pas souffert lors des inondations du 3 octobre 1988.

Seul notre garage a été inondé. Il contenait hélas tous mes classeurs de négatifs, mes boîtes de diapositives, mes livres, mes revues et de très vieux appareils photographiques, tout cela entreposé dans des cartons, le temps d’installer une nouvelle bibliothèque et de bricoler des étagères…

Bien à l’abri dans notre appartement au cinquième étage d’un immeuble donnant sur le Cadereau, pardon, − l’avenue Georges Pompidou – ma femme, mes jeunes enfants et moi avons assisté en spectateurs incrédules à la violente et soudaine transformation notre avenue en lit de fleuve impétueux. Le débit fut, paraît-il, à l’égal de celui de la Seine à Paris…

Trois anecdotes me reviennent à l’esprit, qui me paraissent significatives :

À l’opposé de notre immeuble, sur notre gauche, nous avons vu un pauvre quidam qui s’était abrité à l’entrée d’une banque au rez-de-chaussée d’une maison, au « rez-de-fleuve » plus exactement…
L’homme qui s’était réfugié là était en grand danger d’être emporté par la violence des flots dont le niveau montait à vue d’œil. Nous avons appelé les pompiers qui étaient « débordés » si l’on peut dire… L’eau atteignait le rebord des vitrines de la banque et l’homme faisait de grands signes désespérés. Nous avons vu enfin quelqu’un sur le toit de la banque, progressant prudemment sur les tuiles, venant malgré les risques évidents se mettre à la verticale de l’homme et lui lancer une corde dont il se saisit alors que l’eau lui arrivait au haut des cuisses.
L’homme s’est sommairement harnaché avec la corde et celui qui était sur le toit hurlait des ordres que le grondement du Cadereau nous empêchait d’entendre. Il a fini par se lâcher car il n’avait pas d’autre solution, il a été happé par le « fleuve » mais nous avons vu la corde se tendre, et celui d’en haut a pu en la fixant à l’angle du toit le maintenir à flot jusqu’à ce que d’autres téméraires sauveteurs, plus à l’abri au coin de la façade d’un immeuble jouxtant la banque, le récupèrent et le dégagent enfin.
Il était sauvé ! Nous avons applaudi, nous avons crié de joie pour lui.
L’après midi, la décrue nous permettant de mettre le nez dehors, je suis allé au bord du Cadereau qui avait perdu comme par miracle une grande partie de ses eaux torrentielles du matin. J’ai entendu des badauds expliquer à d’autres la scène dont nous avions été témoins. J’ai tendu l’oreille, prêt à participer à cet échange, c’est fou ce qu’on avait besoin de parler après ces heures épouvantables.
« Et alors, le type, il s’est lâché, il a été pris par l’eau et la corde a cassé, il a disparu d’un coup, là, devant nous… »
Voilà, la rumeur nîmoise commençait à gangréner les esprits de tous ceux qui, comme traumatisés par l’ampleur du sinistre, n’admettaient pas qu’il y eût « si peu » de morts !

Le soir, l’eau s’était complètement retirée, restaient les plaies béantes du désastre, l’avenue défoncée, les autos encastrées, enchevêtrées, les bâtiments éventrés, la désolation partout. J’étais choqué, comme tout le monde ici, incrédule, abasourdi, désemparé. Je suis passé devant un camion de la Croix Rouge à l’arrêt, chargé de palettes d’eau minérale. Ça tombait bien, l’épicier miraculeusement peu touché était cependant dévalisé et attendait d’être livré. Avec le « déluge », plus d’eau, bien sûr ! Un secouriste m’a tendu deux bouteilles avec un sourire compatissant. J’ai pris les bouteilles et j’ai voulu payer. Refus catégorique ! J’ai alors pris conscience que j’étais pour lui ce qu’on appelle un sinistré, non plus un homme tout à fait normal, un quelconque client qui a des besoins à satisfaire, mais un sinistré, une authentique cible pour l'action humanitaire. Ma condition d’homme à travers son regard, son sourire et ce don venait de basculer !

Le lendemain, en « vrai » client, je suis allé chez mon épicier. Deux vieilles dames chargeaient du sucre, de la farine et de l’huile dans de grands cabas. Les rayons se vidaient à vue d’œil. J’ai souri en pensant qu’elles avaient certainement connu d’autres temps difficiles, les disettes, la privation, le marché noir peut-être... J’ai essayé de trouver un sens à cette insensée razzia. Mais lorsque je les ai entendues éructer, vomir leur bile et leur colère à propos du désastre qui nous accablait, je suis resté stupéfait, interdit, choqué. Me restent en mémoire ces bribes de leur fureur :
« − C’est le doigt de Dieu ! Tout ça, c’est le doigt de Dieu, je vous le dis, c’est le Doigt de Dieu !
− Oui, c’est les jeunes, c’est la faute des jeunes ! C’est la faute à la jeunesse ! Ça devait bien arriver ! »

Ces pauvres dames ne sont peut-être plus de ce monde aujourd’hui. La catastrophe qu’elles avaient vécue, une de plus pour elles, peut-être, avait quelque chose « d’extra-ordinaire », de « surnaturel » ; on a parlé de « déluge », «d’apocalypse », elles n’étaient alors − je le gage − pas les seules à « dé-raisonner » ainsi.
Je leur dédie bien volontiers, près de vingt ans plus tard, à elles et à tous ceux qui ont embouché ces trompettes fêlées, ces quelques propos sur la jeunesse, propos qui témoignent d’une très grande constance dans les jugements des hommes, à défaut d’une très grande intelligence :
Les jeunes d'aujourd'hui aiment le luxe, ils sont mal élevés, méprisent l'autorité, n'ont aucun respect pour leurs aînés et bavardent au lieu de travailler.
Socrate. 470-399 av. J-C
Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n'écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut être très loin.
Prêtre égyptien. 2000 av. J-C
Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d'aujourd'hui ne seront pas capables de maintenir notre culture.
Inscription babylonienne.
Plus de 3000 av. J-C

Alors, en vérité, je vous le dis, si les jeunes d’aujourd’hui sont pires que ceux d’il y a cinq mille ans qui étaient déjà pires que leurs aînés, courons sans plus tarder faire provision de sucre, de farine, d’huile et bien sûr d’imperméables, de bottes et de parapluies !

medium_002.jpg



medium_004.jpg



medium_003.jpg


On distingue de loin la corde tendue, l'homme sur le toit et ceux qui attendent le "naufragé".

medium_Sauvetage_loupe.jpg


La même vue, agrandie.

medium_005.jpg



medium_006.jpg



medium_007.jpg



medium_008.jpg


C'est la tournée du docteur !

La première photo de cette note a déjà été publiée par le Midi-Libre, en poster, et exposée à Paris comme une des photos de l'année par le magazine Photo. C'était à la porte de Versailles, un salon qui allait par la suite se délocaliser pour devenir Visa pour l'image, à Perpignan. Celle du médecin a été également publiée par le Midi-Libre.

Autre note sur ce sujet :http://fontdenimes.midiblogs.com/tag/inondations

21:06 Écrit par Phil dans Actualités, Blog, Images, Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : inondations, crue, 3 octobre, nîmes, apocalypse | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

mardi, 30 novembre 2010

Photos de novembre

 

Quelques photos en vrac, comme j'en ai pris l'habitude à la fin de chaque mois.

Nîmes avec les réverbères des Jardins de la Fontaine, une main de pierre dans les mêmes Jardins, les arènes et la statue de Nimeño, la nuit, etc. Une étrange maison de fer du côté d'Anduze, la neige qui tombe, depuis les salles de l'hôtel de Campredon, le Centre d'art de l'Isle-sur-la Sorgue, où Sarah Moon est exposée, magnifique exposition...

Des agaves en triptyque, enfin, deux pensionnaires du zoo du Lunaret, de Montpellier, l'un qui semble profiter de la vie et l'autre qui rêve d'évasion.

Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7092.jpg
Jardins de la Fontaine
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7079.jpg
Jardins de la Fontaine
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7077.jpg
Jardins de la Fontaine
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7136.jpg
Jardins de la Fontaine
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7006.jpg
Les arènes sous les feux
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7047.jpg
La statue caressée
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7255.jpg
Arènes avant la nuit
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7239.jpg
Nîmes, les ailes de Saint Paul
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7275.jpg
Nîmes, le manège de l'ogre
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_6985.jpg
Nîmes, ombres chinoises à la Croix de Fer
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_7363.jpg
Nîmes, l'antivol
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_6636.jpg
La cabane de fer, Anduze
Philippe Ibars centre d'art Isle-sur-la Sorgue IBA_7437.jpg
Sarah Moon à l'Hôtel de Campredon, Isle-sur-la-Sorgue
Philippe Ibars centre d'art Isle-sur-la Sorgue IBA_7429.jpg
Sarah Moon à l'Hôtel de Campredon, Isle-sur-la-Sorgue
Philippe Ibars centre d'art Isle-sur-la Sorgue IBA_7432.jpg
Sarah Moon à l'Hôtel de Campredon, Isle-sur-la-Sorgue
Philippe Ibars centre d'art Isle-sur-la Sorgue IBA_7433.jpg
Sarah Moon à l'Hôtel de Campredon, Isle-sur-la-Sorgue
Philippe Ibars Dans les Jardins de la Fontaine Agaves Lunaret IBA_6794.jpg
Les agaves de Lunaret
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_6869.jpg
Zoo de lunaret, la vie est belle...
Dans les Jardins de la Fontaine Philippe Ibars IBA_6782.jpg
Zoo de Lunaret, c'est dur, la vie...

 

22:24 Écrit par Phil dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : nîmes, lunaret, zoo, arènes, jardins de la fontaine, agaves | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

dimanche, 14 novembre 2010

Arènes du soir...

Le ciel était inquiétant, ce soir, des menaces, des promesses d'orage non tenues, heureusement, et les arènes étaient là, massives, tapies sous la voûte sombre, comme pour dire : "j'en ai vu d'autres depuis bientôt deux mille ans..."

Alors, petit hommage furtif à celles que je n'ai pas encore vraiment fouillées dans ce blog et qui pourtant m'impressionnent chaque fois, et c'est souvent, que je passe près d'elles...

Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_7034.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_7015.jpg

22:48 Écrit par Phil dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : arènes de nîmes, nîmes | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |