Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 26 juin 2008

Le Belvédère du Rayon Vert

c5e37ec589c409a03bb7821dc5391ea9.jpg

Il y a quatre ou cinq ans je suis allé pour la première fois voir un film dans un de ces complexes multisalles ultramodernes qui font la joie des amateurs de popcorns.
C’était un des films de la trilogie du Seigneur des Anneaux, de Peter Jackson, je ne sais plus lequel.
Nous étions très confortablement installés, rien à voir, non, avec notre cinéma « art & essai » de quartier sans popcorns ni glaces à l’entracte ni entracte d’ailleurs… Les effets spéciaux et le son dolby-machin stéréo m’impressionnaient et me faisaient presque aimer le film projeté sur un écran grand comme un immeuble.
Soudain, en plein milieu de la projection, l’image s’est figée, un cercle rouge s’est inscrit au milieu, s’est agrandi instantanément pour envahir tout l’écran avant que la salle ne s’allume le temps de tout remettre en marche. Cet incident technique m’a fait basculer dans un autre temps : là, dans une salle bourrée de technologie ultra sophistiquée, je revivais plus ou moins une scène classique des projection d’antan, lorsque la pellicule coincée cloquait, se rongeait sous l’effet de la chaleur et finissait par brûler dans une odeur âcre de cellulose.

Mon cinéma d’alors était logé sur la proue d’un navire de béton, à Cerbère, un ancien hôtel qui a pour nom le Belvédère du Rayon Vert. Un nom extraordinaire pour un extraordinaire bâtiment que des autorités ont eu l’intelligence de classer monument historique et que d’autres, peut-être les mêmes, ont la bêtise de laisser se détériorer.
Récemment, grâce à l’amabilité de la gardienne de ce lieu, Mme Roubaix, j’ai pu revoir ma vieille salle de cinéma à l’abandon, avec les travées de sièges repliés, le balcon devenu inaccessible, l’écran détendu, des empreintes d’affiches sur les murs. Ma salle au cinéma dormant n’attend plus que son prince mécène pour le baiser de la résurrection…
J’ai visité pour la première fois les autres parties de cet ancien hôtel de luxe. Il faut aller le voir, apprécier l’audace de l’architecte qui l’a dessiné dans les années vingt, le style très avant-gardiste des meubles, des objets de décoration, des volées d’escalier, des rampes, du carrelage, de la cuisine, du hall de réception…
Je me demande pourquoi cet extraordinaire bâtiment — un des premiers construits en béton armé au vingtième siècle — n’est pas davantage protégé, réhabilité, utilisé comme lieu de rencontres, de spectacles, de festivals, d’expositions, que sais-je... il y aurait tant à faire avec ce monument planté-là, c’est son seul tort apparemment car un tel bâtiment à Paris, à Lyon ou à Nantes eût été mieux traité, mieux exploité, mieux servi.
Vive et survive le Belvédère du Rayon Vert, un joyau d’architecture dont notre Région devrait s’enorgueillir !
1bcf0f69c6490fed5da5ae5f7c7a4406.jpg

c7858e632440487dafe208f656b227e7.jpg

5ef7822bfe66f7f08b2b5023f8aa496f.jpg

e240cf6b55811d7bf2f8e181b0523402.jpg

6e9cbf0ee5bc800632d74465725b0b76.jpg

a94f8c141ba6b3795ab159e6abeb2a53.jpg

60f40a90f32b6bc3618a10aac3721cca.jpg

c7eb79015878ffbbf8cce00d2b815607.jpg

2964589cc3af74adb603299deb4e4ab8.jpg

8898c24559298937d06d39a9cb113095.jpg

9071ae51dc5b03a3fb1684a03cecb2b2.jpg

7926684dc8fe0d8caf1f54f6a33823fd.jpg

01faa416fc02de4fd3a9c0ca84b4b6a4.jpg

de9eaba02ff31f76f8408ac0e46c6917.jpg

d2012294ab97ec2cb9b50cd6de9a4eb7.jpg

Dans le garage du Bélvédère...
97f7877fb4980725e634b9e32c7c000a.jpg

00:50 Écrit par Phil dans Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Belvédère du Rayon Vert, Cerbère, Cinéma | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

vendredi, 20 juin 2008

La marque jaune, 2

eaf28b6fa057861732d58a1c0026f389.jpg

Randonnée sur les hauteurs de Cerbère, derniers contreforts des Albères, la tramontane se cache derrière les replis de la montagne et nous cloue sur la sente par surprise, de temps à autre, manière de nous rappeler qu’elle règne ici sans partage et les arbres, d’ailleurs, lui font une éternelle révérence.
Des marques jaunes saluent nos pas, je les aime, ces marques, sémaphores de nos traversées (voir note du lundi, 07 avril 2008) et si vous savez comment on appelle ceux qui les collectionnent, merci de me le dire… Je propose xanthomarcophile

f54b64a832526357cb7306fc005aec0a.jpg

4fb893b8ada8de203329a22c6955e96e.jpg

4d8278423d728d1dd3e9ad9a86938f87.jpg

c2011456860aea55f53967b92da813de.jpg

6eb44e053cb673d29388503fa2b50364.jpg

be0ea9d33be32628d4223214193e97c3.jpg

22:05 Écrit par Phil dans Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marques jaunes, cerbère, albères | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

dimanche, 15 juin 2008

La gare de Cerbère

6ee38665b77eddcb924ab1b5fbd949ec.jpg

Comment revenir à Cerbère sans emprunter comme ça, pour voir s’il est toujours là, le long tunnel de la gare ? C’est un passage souterrain pour piétons qui vous conduit du village, au niveau de la mer, à la gare, plantée au-dessus d’une immense plateforme gagnée sur le flanc de la montagne. Un interminable viaduc aux arches de briques rouges comblées de grosses pierres de schiste soutient cette gare internationale et son large réseau de voies étincelantes sous le soleil catalan. De la belle ouvrage conçue dans les ateliers d’Eiffel, au début du siècle précédent.
Le passage souterrain de mon enfance était encore plus long, bien sûr, que celui que j’ai emprunté l’autre jour…
Nous n’en menions pas large quand il fallait le traverser pour aller à la gare attraper la Micheline ou le train à vapeur de Perpignan ou bien le train de Port-Bou, le jour du marché espagnol. Nous restions un peu à distance des mamans pour ne pas perdre la face devant les copains qui en faisaient de même mais nous ne nous éloignions pas trop, la témérité avait ses limites… Nous étions engloutis dans l’antre de Cerbère, sombre boyau sans fin qui nous terrifiait avec l’écho amplifié de nos propres cris d’enfants.
Le tunnel de mes années de collège était moins impressionnant mais quand même… on s’amusait à faire peur aux filles en faisant mine de les y abandonner mais on pressait le pas quand par aventure on s’y retrouvait seul et que l’ombre inquiétante d’un voyageur, à mi-distance entre l’entrée et la sortie, mettait notre courage à rude épreuve.
Le passage « initiatique » d’aujourd‘hui a bien changé. C’est un long tube que des graffeurs — autorisés sans doute — ont transformé en kaléidoscope psychédélique. Le long, triste, sombre et solitaire boyau de mes jeunes années est devenu un monde ludique, onirique, enchanté. Les enfants de Cerbère doivent aujourd’hui le traverser en riant comme on traverse un jeu vidéo en trois dimensions. Je les envie un peu. Mon souterrain tenait de la baleine de Jonas, du royaume d’Hadès, d’un univers « claustromaniaque » et repoussant. Aujourd’hui les enfants de Cerbère ne doivent plus presser le pas dans ce monde au temps déréglé d’Alice au Pays de Merveilles.
8fbf9ac1ea3b5510d3f926258e075d77.jpg

de117ad700c7c855a658aa1f06c04c2b.jpg

ff31a4a6406ac8970a68466b5450854c.jpg

22:42 Écrit par Phil dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Cerbère, train, souterrain | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |