Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 25 février 2013

Le Tram'bus nimois à Toulouse

Tram'bus, TCSP, BHNS, Bus en site propre, Transport Nimois, Tango+

C’était il y a deux ans, en juin 2011, devant le Capitole de Toulouse... et c'est en fouillant dans mes dossiers, à la recherche d'images pour une prochaine expo que j'ai retrouvé ces photos oubliées.

Deux BHNS (entendez Bus à Haut Niveau de Service) étaient exposés devant la mairie de Toulouse pour convaincre la population des bienfaits de ce que nous appelons ici le TCSP (Transport en Commun en Site Propre)…

Je ne sais pas si les Toulousains ont été convaincus par ce BHNS-TCSP, mais ils ont eu l’heur de voir avant nous, me semble-t-il, notre libellule à roulettes qui tous les jours vient, pataude, s’enrouler autour des arènes.

C’est le logotype d’un des « cul de bus » comme on dit en publicité qui m’a attiré : il représentait une plaquette en cuir comme celles qui ornent le dos de nos jeans, avec les arènes et l’inscription « Toile Jeans de Nîmes ». J’ai alors imaginé que ce bus allait dans un futur plus ou moins lointain sillonner en partie la cité des Antonins, et ce fut le cas.

Penser que les Toulousains ont eu la primeur de notre Tram’bus, eux qui ont déjà l’Airbus, c’est un peu fort de cassoulet, non ? 

Tram'bus, TCSP, BHNS, Bus en site propre, Transport Nimois, Tango+

Tram'bus, TCSP, BHNS, Bus en site propre, Transport Nimois, Tango+

Tram'bus, TCSP, BHNS, Bus en site propre, Transport Nimois, Tango+

Tram'bus, TCSP, BHNS, Bus en site propre, Transport Nimois, Tango+

Tram'bus, TCSP, BHNS, Bus en site propre, Transport Nimois, Tango+

Tram'bus, TCSP, BHNS, Bus en site propre, Transport Nimois, Tango+

Tram'bus, TCSP, BHNS, Bus en site propre, Transport Nimois, Tango+

22:17 Écrit par Phil dans Auto/Moto, Blog, Images, Nature/Environnement, Photos/Dessins, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

jeudi, 31 janvier 2013

Bataille navale

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Dernières photos de janvier, dans les Jardins de la Fontaine.

Cete fois, je commence par le bas, je longe les Quais de la Fontaine et cueille le reflet d'un platane et d'une maison qui a l'air d'un décor de théâtre.

Je m'attarde, au-dessus du grand bassin près du Nymphée. Dans l'eau se déroule une vraie bataille navale : poissons et canards se disputent du pain jeté par les promeneurs, naumachies d'un nouveau genre dans les ruines romaines !

Dans la source, la lumière et la pierre composent sur les eaux des reflets mouvants qu'animent les canards et les cygnes à la parade. Je prends le grand escalier, dernier regard en bas, verticale plongée sur des mamans admirant leur couvée...

Et je monte, lumière en contre-jour, je prends de la hauteur, les Jardins sont plus calmes. Et la Tour Magne, enfin, toujours aussi majestueuse. Je veux entrer, envie de faire une photo depuis le sommet. Impossible, me dit-on. On ne peut plus la visiter tout seul, il faut être au moins deux. Pourquoi ? A cause des suicides récents depuis l'attique des arènes... Bon, pour cette fois... mais c'est fini, plus de visite en solitraire. Je remercie mon Cerbère compréhensif mais je reste choqué d'une telle mesure ! Encore une loi "réactive" qui dispense ceux qui l'imposent d'une réflexion approfondie...

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

Jardins de la Fontaine, Nîmes, parcs, couleurs, lumière

09:44 Écrit par Phil dans Blog, Images, Loisirs/Culture, Nature/Environnement, Photos/Dessins, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

samedi, 26 janvier 2013

Hurdy gurdy man, le joueur de vielle

hurdy gurdy man, joueur de vielle, vielle plate à roue, instrument de musique à bourdon, bois d'okoumé

Si vous vous êtes promenés dans les Jardins de la Fontaine, vous avez certainement entendu, un jour ou l’autre, du côté du Mas Rouge, en grimpant vers la Tour Magne, les notes égrenées d’un instrument que vos oreilles ont sans doute d’abord pris pour une cornemuse. Et puis vous l’avez vu, le musicien, assis sur un banc, tournant et tournant des heures durant la manivelle de sa vielle et laissant courir les doigts de sa main gauche sur les touches de son clavier. Non, son instrument ne tient ni du vieux moulin à café Peugeot des années 20, pour la manivelle, ni du iPad dernier cri pour les touches et le clavier. C’est une vielle plate à roue, un instrument de musique à bourdon, cousin — d’où la confusion sonore — de la cornemuse, cousin éloigné cependant car lui est à corde et l’autre est à vent.

hurdy gurdy man, joueur de vielle, vielle plate à roue, instrument de musique à bourdon, bois d'okouméIl fallait bien que deux fous hantants des Jardins de la Fontaine finissent par se parler. Lui occupé à semer ses jolies notes, moi à récolter des images…

 Je l’ai interrogé, donc, sur sa passion, sur son instrument, sur ce qu’il vivait dans les Jardins de la Fontaine. Et c’est sur lui que j’écris aujourd’hui car j’ai envie, dorénavant, après cinq années à traquer la lumière et les ombres des Jardins, d’en fréquenter aussi le peuple, ceux que j’appelle Gens des Jardins, lointain écho de mes lectures de jeunesse, quand j’étais tombé sous le charme de James Joyce et de ses Gens de Dublin

Après Manuel Adamczyck, le « Berger des agaves », paysagiste aux Jardins dont j’ai écrit ici quelques lignes, voici le portrait de celui que j’appellerai Hurdy gurdy man, qu’on peut traduire par le "vielleux", en souvenir, un autre écho lointain, d’un jeune barde écossais des années 60, Donovan…

 Le personnage

Patrick Guétin a 58 ans, il est Beaucairois d’origine, chaudronnier de son état, hélas chômeur et sans espoir aucun de trouver du travail jusqu’à l’âge se sa retraite. Il a toujours aimé la musique, toutes les musiques, celles de sa jeunesse : disco, reggae, funk, rock… très éloignées de celle qu’il joue sur sa vielle. C’est plus tard qu’il s’est intéressé à la musique médiévale, découverte à Vézénobres lors des fêtes de la figue. Il a aussi rencontré Coriandre, un groupe occitan de Sommières et il est tombé amoureux de la vielle à roue.hurdy gurdy man, joueur de vielle, vielle plate à roue, instrument de musique à bourdon, bois d'okoumé

Il a fait des recherches, un peu partout, a bouquiné sur l’instrument, son histoire, son évolution, un instrument hors de prix hélas !

Un jour, il a lu que des paysans des siècles passés fabriquaient eux-mêmes leurs vielles. Pourquoi pas lui alors ? Il n’était pas luthier, non, mais il la voulait, sa vielle plate à roue ! Alors il la fabriquerait lui-même !

Et c’est ce qu’il a fait, ça lui a pris deux ans, mais il y est arrivé.

 L’instrument

Vielle à roue P12_5692.jpgLa vielle de Patrick Guétin est un modèle soprano, c’est par définition un instrument de musique à bourdon, c’est à dire qu’elle émet des sons en continu entretenus par la vibration des cordes, dites sympathiques, au nombre de six en général : un gros bourdon et une trompette sur les côtés, les  chanterelles au milieu. La mélodie se joue sur ce fond musical, la vielle est un instrument polyphonique. Patrick Guétin connaît la musique même s’il ne connaît pas le solfège, et il décrit son instrument en long en large et en travers, allant chercher au Moyen-Âge ou au dix-septième siècle des explications précises sur son évolution. Il a utilisé du bois de tilleul pour la table d’harmonie et le flanc, du placage d’okoumé un bois tropical plus facile à cintrer pour l’éclisse. Les cordes des bourdons, coûteuses, sont ici des cordes de taille bordures qui sonnent aussi bien, et tant pis pour leur couleur criarde ! C’est tout cela, le génie du bricolage. La roue, cœur de l’instrument, est en nylon car le noyer se voile trop. Et cela marche… ou cela joue, et de belle manière.

hurdy gurdy man, joueur de vielle, vielle plate à roue, instrument de musique à bourdon, bois d'okoumé

 Jouer dans les Jardins

hurdy gurdy man, joueur de vielle, vielle plate à roue, instrument de musique à bourdon, bois d'okouméL’instrument terminé, c’est dans les Jardins de la Fontaine que Patrick Guétin est venu l’essayer, le régler, l’améliorer. L’instrument n’est pas en soi très puissant, il est parfois amplifié, dans les concerts, mais quand même… alors, ici, sous les arbres, devant les passants intrigués et ravis, y a-t-il plus belle scène ? Il a acheté des disques, a progressé en travaillant d’arrache-pied, et voilà, il peut aujourd’hui jouer dans des fêtes médiévales, même si c’est ici, dans les Jardins, qu’il aime le mieux faire résonner sa vielle.

Des rencontres aussi

Un jour un écrivain l’a accosté, comme je l’ai fait aujourd’hui. Patrick Guétin lui a raconté ses moments délicieux passés dans les Jardins, à jouer, à dire aux gens sa passion… Un an plus tard environ, un touriste l’a approché et lui a demandé s’il était le seul à jouer de la vielle dans les Jardins de la Fontaine… alors, c’était donc bien de lui qu’il s’agissait, là, hurdy gurdy man, joueur de vielle, vielle plate à roue, instrument de musique à bourdon, bois d'okoumédans un chapitre de ce livre, Le dépaysement - Voyages en France, de Jean-Christophe Bailly, « Prix Décembre » 2011, excusez du peu !

Une autre fois, un couple de touristes allemands l’a abordé. L’homme, dans un français guttural bien caractéristique lui a expliqué que lui aussi connaissait cet instrument. Il a été stupéfait d’apprendre comment celui-ci avait été construit et il en a joué, une musique différente, belle, si bien maîtrisée. Ah ! si les allemands de 39 avaient été vielleux plutôt que belliqueux !

Voilà… j’ai salué Patrick Guétin qui a joué pour moi un air du Moyen-Âge, en guise d’au revoir, les doigts dansant hors des mitaines. Riche rencontre, de la chaleur dans cette froidure hivernale, et j’ai pris goût, je crois, à ces rendez-vous impromptus à venir, avec je ne sais qui encore, avec ces belles âmes des beaux Jardins de la Fontaine.

hurdy gurdy man, joueur de vielle, vielle plate à roue, instrument de musique à bourdon, bois d'okoumé

Depuis la publication de cette note, j'ai eu pas mal de retours par Facebook ou par mail sur cet article.

Voici par exemple ce qu'en dit le blog "Le paratge des sirènes" qui apprécie notre musicien et dans lequel un certain Philou (dans les commentaires) raconte sa rencontre avec notre joueur de vielle, à Sommières.