Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 09 janvier 2012

Ramon Casas

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas y Pere Romeu en un tandem 1897

 

Il y a dix ans, j’ai par hasard visité une exposition intitulée Ramon Casas, el pintor del modernismo, au Musée National d’Art Catalan de Barcelone.

Je ne connaissais absolument pas ce peintre né en 1866 et mort en 1932 à Barcelone mais sa peinture m’était pourtant très familière. Ma mémoire visuelle l’inscrivait dans cette période encore marquée par l’impressionnisme, à la fin du XIXe, et le cousin catalan des Manet, Degas, Toulouse-Lautrec et autres peintres de la Butte me plaisait pour ses portraits, ses scènes du quotidien, avec ses modèles semblant parfois fixer comme l’objectif d’un appareil photo, avec son humour aussi, son érotisme, son romantisme.

Je me suis séparé de pas mal de pesetas (encore en vigueur alors) pour me procurer le catalogue de l’exposition et les images que je montre ici sont soit photographiées dans ce livre, soit directement dans le musée, très récemment, puisque c’était autorisé.

Aujourd’hui, au MNAC (Musée National d’Art Catalan) on peut bien sûr admirer quelques toiles de Casas dans la collection permanente.

Beaucoup de choses ont changé en dix ans, et l’aura de ce peintre a grandi, grandi de telle sorte que la boutique du musée vend désormais une quantité impressionnante d’objets dérivés : magnets, cartes, posters, agendas,T-shirts, figurines, porte-clés, crayons, stylos, gommes, règles et tant d’autres babioles en souvenir de Ramon Casas. Miró, Dali, Picasso et Gaudí ne sont plus les seuls à se partager les retombées marketing des touristes-conso-amateurs d’art...

Dans une venelle près des Ramblas se trouve le café Els Quatre Gats, qu’on présentait souvent comme le café des débuts de Picasso, puisqu’il y fit ses premières expositions, mais qui aujourd’hui fait plus de place, dans sa communication, à Ramon Casas, qui l’a du reste financé à ses débuts et dont on trouve au mur un tableau, le même qu’au MNAC, Ramon Casas y Pere Romeu en un tandem, œuvre réalisée en 1897. Ce café-restaurant, comme Le Chat Noir à Paris, a vu défiler tous les artistes de l’époque qui venaient boire, manger, refaire le monde, au moins celui de l’art. Picasso est bien sûr le plus illustre d’entre eux, mais Santiago Rusiñol, Miguel Utrillo, Hermen Anglada Camarasa, Isidre Nonel pour ne citer que ceux-là, méritent qu’on aille jeter un coup d’œil sur leurs œuvres.

La plupart des artistes cités ont en commun une chose : leurs nombreux allers et retours entre Barcelone et Paris ont nourri leur art et en ont enrichi l'histoire. Il est assez surprenant, par ailleurs, que ces deux villes, Paris et Barcelone, n’aient pas vraiment rendu hommage d'une manière ou d'une autre, à ces vieilles pages communes d’avant-garde…

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas Autoretrato Paris 1883

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas : Au Moulin de la Galette 1892

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas : Desnudo Feminino Barcelona 1894

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas : Interior del Moulin de la Galette Paris 1890

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

amon Casas : Corpus. Procesion iglesia Santa Maria Barcelona 1896

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas Estudio 1893

 Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

"Els 4 gats", Barcelone, 2011

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas : Primero Pasaran sobre mi cadaver 1893

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas : Lola Plumet Barcelona 1898

Casas a également travaillé pour la publicité...

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

 Ramon Casas :  Retrato de Pablo PIcasso 1900

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas : La Sargantain Barcelona 1907

Ramon Casas, avant-garde, Barcelone, Barcelona, modernisme, Els 4 gats, Picasso, Dali

Ramon Casas : Desnudo Barcelona 1894

 

Et pour donner envie, deux petites vidéos sur Ramon Casas (youtube)

Ramon Casas 2

 


10:19 Écrit par Phil dans Histoire, Images, Loisirs/Culture, Photos/Dessins, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

vendredi, 11 novembre 2011

11/11/11, 11 heures 11

Je n’ai aucune foi en la numérologie et autres sciences des nombres, et je peine toujours, d’ailleurs, à spontanément faire la différence entre les chiffres et les nombres, justement ! Seul le nombre d’or m’intéresse, parce qu’il me parle des images, "numériques" ou pas.

Mais il était tentant de poster une note en ce jour, à cette heure précise. Chaque année dans ce blog, j’évoque à ma manière le souvenir de ces gamins, de ces hommes ayant à peine mordu dans la vie et que de grands irresponsables ont envoyés froidement à la mort.

Je prépare depuis quatre ans tout un travail photographique sur tous les monuments aux morts des communes gardoises. Ce sont les noms des soldats qui m’intéressent, noms gravés sur des plaques de moins en moins lisibles, sur des stèles plus ou moins ouvragées, entre œuvres d’art et simples listes vissées sur un mur de mairie. De temps en temps ma moto me conduit au hasard des villages, à la recherche du « monument aux morts » que j’ai parfois du mal à trouver, que l’autochtone même âgé ne connaît pas toujours, qu’on a même trop souvent relégué dans le cimetière, dernière étape avant l’oubli définitif. Le monument aux morts prend tout son sens au milieu de la vie pour en dire aux vivants tout le prix. Exilé près des morts qu’il distingue, il se condamne à mort et la plupart des habitants peinent alors à me dire où il se trouve !

Ces listes de noms sont véritablement émouvantes et dans certains villages elles sont même plus longues que celles des vivants ! Ces noms nous appartiennent aussi, ils sont notre famille ils nous sont familiers. On retrouve souvent les mêmes, rares sont les noms rares, les prénoms marquent une époque aussi, des Marius, des Fernand, des Léon, des Justin, Félix ou Célestin…

À force de les recueillir au fil de mes escapades, j’ai fini par les interroger. Non, ces noms ne sont pas anonymes, et s’ils n’évoquent plus rien pour personne, ce qui est bien normal, ils sont néanmoins archivés pour qu’au moins une trace numérique en subsiste encore quelque temps.

Ainsi, pour ce 11/11/11 à 11 heures 11 minutes, j’ai choisi dans mes fichiers 11 communes gardoises, j’en montre simplement le mémorial de 14/18 et j’ai pris dans la liste des braves "poilus" le onzième. J’ai recherché sa fiche car, pour la plupart, les fiches des 1,3 millions de soldats morts sont consultables. On y apprend quand, comment et où notre soldat est décédé, ou s'il a disparu. Lorsque la fiche est introuvable ou que le petit village n’a pas été trop décimé, c’est le premier de la liste dont j’ai cherché la trace.

Voilà une manière cybernétique de rendre hommage à nos jeunes soldats, un instant de les faire revivre, par la magie de la lecture. Le vrai tombeau des morts, disait Herriot, c’est le cœur des vivants. C’est aussi dans le cœur de nos ordinateurs que la flamme de ces enfants demain vivra encore, lorsque l’usure du temps ou le mépris des hommes aura définitivement perdu leur trace.

 

1. Aigaliers

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

2. Alzon

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

3. Anduze

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

4. Arre

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

5. Arrigas

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

6. Aspères

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

7. Aubais

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

8. Aujargues

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

9. Aulas

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

10. Aumessas

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11. Avèze

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11 Novembre, monuments aux morts, stèles, guerre de 14/18

11:10 Écrit par Phil dans Histoire, Images, Loisirs/Culture, Photos/Dessins, Traditions | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

lundi, 03 octobre 2011

Je me souviens du 3 octobre

    Je me souviens de cette caravane qui emportait avec elle le feu qu’elle n’avait pas respecté… je m’en souviens d’autant plus qu’une amie à qui je projetais un soir des diapos du 3 octobre la reconnut non sans quelque émotion : c’était celle de ses parents, échappée du garage au plus fort de la crue.

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je me souviens de cet avion de reconnaissance aérienne passant très bas, au-dessus de nous. Nous étions donc vraiment des sinistrés... Au milieu du carrefour, le lampadaire chahuté a résisté au courant — pas électrique celui-là — mais les gueules ouvertes de ses luminaires bâillent dans le vide.

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je me souviens qu’il y avait la foire de la Saint-Michel sur les allées Jean-Jaurès. Devant le château fantôme s’entassent les carcasses. Drôles d’autos tampons…

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

Je me souviens de ces maisons éventrées dans le quartier de Camplanier. La mémoire des hommes avait depuis longtemps effacé les dernières empreintes des derniers tumultes du Cadereau.

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je me souviens de cette auto enfouie, comme absorbée par des pierres mouvantes.

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je me souviens du cimetière protestant, de ceux qui avaient perdu leurs morts, emportés eux aussi dans l’Achéron-Cadereau...

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

     Je me souviens de ces voitures englouties dans les eaux gonflées du canal des Jardins de la Fontaine, des sapeurs pompiers-plongeurs qui visitaient les carcasses immergées et qui, devant les badauds attroupés faisaient d’étranges signes à leurs collègues : en même temps que baissait le niveau des eaux, enflait une rumeur irrationnelle sur tous ces morts qu’on nous cachait !

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

     Je me souviens du trou béant des fondations de ce qui deviendrait plus tard la Médiathèque de Nîmes. Ce trou a bu tant d’eau que certains ont pu croire mordicus qu’il avait carrément sauvé notre Maison Carrée…

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

     Je me souviens de quatre piquets sur lesquels s’accrochait un ruban. Il délimitait ce qui avait été une propriété avec au milieu, sur son écrin de verdure – pouvait-on imaginer –, une belle villa aux portes de la ville. Ici encore faillit la mémoire des hommes et de cette maison, de ses abords arborés, de sa pelouse entretenue rien d’autre ne restait que de la pierre nue. Un homme était assis sur son tas de gravats, pâle, hagard, abattu, incrédule. C’est lui qui m’a brièvement parlé de sa maison perdue.

 Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je ne me souviens plus de toutes mes photos perdues. Plus d’un millier sans doute. Les eaux boueuses charriaient aussi, hélas, tout le mazout des cuves éventrées. C’est cette étrange alchimie qui a eu raison de la surface sensible de mes diapositives et de mes négatifs. J’en ai gardé une dizaine, en souvenir, avant que les pelles des soldats réquisitionnés pour le grand nettoyage ne jettent tout cela dans les bennes à ordure. On croirait ces images retouchées, déformées à dessein. Il n’en est rien, et j’ai beaucoup appris, depuis ce 3 octobre, sur l’impermanence des choses.

 

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

Pour d'autres notes sur les inondations du 3 octobre :

http://fontdenimes.midiblogs.com/tag/inondations

 

 

 

 

 

 

08:13 Écrit par Phil dans Actualités, Blog, Histoire, Images, Nature/Environnement, Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |