Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 15 avril 2012

Jardins blessés

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Le printemps met du temps à donner aux Jardins l’éclat qu’on leur connaît habituellement, à pareille époque.

La froidure hivernale a été douloureuse et les cicatrices sont bien visibles encore. La source, par exemple y a laissé des plumes… ou des palmes plutôt, à voir le triste éventail jauni par le froid sur son stipe écaillé.

Deux images, une d’hier et l’autre du printemps 2006 montrent la différence : le beau palmier d’alors, rond comme un ananas côtoyait un arbre de Judée qui jetait d’ans les eaux sombres de la source tout l’éclat de sa pourpre, ses larmes du Christ dit la légende… Pour en finir avec la nostalgie, une autre image montre sous cette ramure de pourpre un des deux cygnes de la source, cygnes aujourd’hui disparus.

Aujourd’hui les Jardins sont très beaux malgré tout, mais des signes de fatigue, de souffrance et de mal peuvent nous alerter. L’oranger des Osages aura du mal à fournir aux indiens de quoi se grimer la frimousse, les marronniers de l’allée centrale peinent un peu à occuper l’espace de la splendeur de leur ramure et de leurs grappes roses et blanches, certains sont même décharnés.

Allons plus haut, alors, à la recherche des couleurs. Le fil d’avril finira par lâcher et les Jardins de la Fontaine entreront triomphants dans un nouveau printemps.

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

2006

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

2004

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Languedoc, Provence, Botanique, plantes, arbres, palmiers, arbres de Judée


10:43 Écrit par Phil dans Blog, Images, Loisirs/Culture, Nature/Environnement, Photos/Dessins, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

dimanche, 18 mars 2012

Entre deux

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

    Entre deux saisons. L’hiver est encore là pour quelques jours, plus que quelques jours, dans les Jardins de la Fontaine. Ce qui l’emporte encore, c’est le bois nu, les branches décharnées, les pelouses engourdies, le vert camaïeu des aiguilles des pins, des cèdres et des cyprès, le vert des buissons de kermès, des fusains, des lauriers, des troupes d’agaves et de yuccas, bref, de tout ce qui est persistant, immarcescible ou simplement têtu… Pourtant de-ci de-là quelques touches de couleur réchauffent la palette : amandiers, coronilles, narcisses et prunus prennent leurs marques en attendant la troupe printanière.

    Entre deux saisons. Entre deux atmosphères, entre un avant et un après, entre une vie qui s’achève et une autre qui va renaître, entre le passé et l’espoir peut-être, et tout d’un coup le printemps qu’on attend est lourdement lesté de nos désirs d’un avenir meilleur, d’un monde plus apaisé, plus humain, plus juste, plus beau tout simplement.

     Mais si l’on ne peut rien pour le temps qu’il fait ou pour le temps qui passe, si l’on subit le ciel qu’il soit vide ou trop plein on peut encore agir, on peut encore peser pour que ce temps qui passe retrouve un peu de sens, le bon sens de la marche, à tout le moins.

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, Nîmes, Parcs, Provence, Paysages

Jardins de la Fontaine, amandier, nymphée, source, Nîmes, Languedoc-Roussillon, Provence, Gard

Jardins de la Fontaine, amandier, nymphée, source, Nîmes, Languedoc-Roussillon, Provence, Gard

Philippe Ibars Mars 2012 DSC_4133.jpg


13:04 Écrit par Phil dans Blog, Images, Loisirs/Culture, Nature/Environnement, Photos/Dessins, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

lundi, 03 octobre 2011

Je me souviens du 3 octobre

    Je me souviens de cette caravane qui emportait avec elle le feu qu’elle n’avait pas respecté… je m’en souviens d’autant plus qu’une amie à qui je projetais un soir des diapos du 3 octobre la reconnut non sans quelque émotion : c’était celle de ses parents, échappée du garage au plus fort de la crue.

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je me souviens de cet avion de reconnaissance aérienne passant très bas, au-dessus de nous. Nous étions donc vraiment des sinistrés... Au milieu du carrefour, le lampadaire chahuté a résisté au courant — pas électrique celui-là — mais les gueules ouvertes de ses luminaires bâillent dans le vide.

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je me souviens qu’il y avait la foire de la Saint-Michel sur les allées Jean-Jaurès. Devant le château fantôme s’entassent les carcasses. Drôles d’autos tampons…

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

Je me souviens de ces maisons éventrées dans le quartier de Camplanier. La mémoire des hommes avait depuis longtemps effacé les dernières empreintes des derniers tumultes du Cadereau.

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je me souviens de cette auto enfouie, comme absorbée par des pierres mouvantes.

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je me souviens du cimetière protestant, de ceux qui avaient perdu leurs morts, emportés eux aussi dans l’Achéron-Cadereau...

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

     Je me souviens de ces voitures englouties dans les eaux gonflées du canal des Jardins de la Fontaine, des sapeurs pompiers-plongeurs qui visitaient les carcasses immergées et qui, devant les badauds attroupés faisaient d’étranges signes à leurs collègues : en même temps que baissait le niveau des eaux, enflait une rumeur irrationnelle sur tous ces morts qu’on nous cachait !

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

     Je me souviens du trou béant des fondations de ce qui deviendrait plus tard la Médiathèque de Nîmes. Ce trou a bu tant d’eau que certains ont pu croire mordicus qu’il avait carrément sauvé notre Maison Carrée…

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

     Je me souviens de quatre piquets sur lesquels s’accrochait un ruban. Il délimitait ce qui avait été une propriété avec au milieu, sur son écrin de verdure – pouvait-on imaginer –, une belle villa aux portes de la ville. Ici encore faillit la mémoire des hommes et de cette maison, de ses abords arborés, de sa pelouse entretenue rien d’autre ne restait que de la pierre nue. Un homme était assis sur son tas de gravats, pâle, hagard, abattu, incrédule. C’est lui qui m’a brièvement parlé de sa maison perdue.

 Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

    Je ne me souviens plus de toutes mes photos perdues. Plus d’un millier sans doute. Les eaux boueuses charriaient aussi, hélas, tout le mazout des cuves éventrées. C’est cette étrange alchimie qui a eu raison de la surface sensible de mes diapositives et de mes négatifs. J’en ai gardé une dizaine, en souvenir, avant que les pelles des soldats réquisitionnés pour le grand nettoyage ne jettent tout cela dans les bennes à ordure. On croirait ces images retouchées, déformées à dessein. Il n’en est rien, et j’ai beaucoup appris, depuis ce 3 octobre, sur l’impermanence des choses.

 

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

Crues, inondations Nîmes, 3 octobre 1988, catastrophe nimoise, Cadereau

Pour d'autres notes sur les inondations du 3 octobre :

http://fontdenimes.midiblogs.com/tag/inondations

 

 

 

 

 

 

08:13 Écrit par Phil dans Actualités, Blog, Histoire, Images, Nature/Environnement, Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |