Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 27 juillet 2013

Jean-Pierre Mocky et les Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

De gauche à droite on reconnaît Jacques Legras, Francis Blanche, Jean-Pierre Mocky accroupi.

Je me souviens de Jean-Pierre Mocky, le cinéaste invité cette année dans les Jardins de la Fontaine pour le 9e festival de cinéma « Un réalisateur dans la ville ».

Je m’en souviens car, il ne le sait pas et il ne le saura jamais, il y a un lien entre lui et les Jardins de la Fontaine, du moins les images que j’en fais.

Quel lien ?

Eh bien, si je pratique la photographie, c’est indirectement grâce à un film qu’il a tourné dans le village de mon enfance, à Cerbère, en été, en 1969. Ce film s’appelle l’Étalon. Je doute qu’il figure dans la sélection présentée aux Jardins de la Fontaine mais Jean-Pierre Mocky dirigeait pour le coup des artistes aussi peu connus que… Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jacques Legras…

Et la photo dans tout cela ?

Le lien est alambiqué mais bien réel…

Je me souviens des rires énormes de Bourvil lorsque le coiffeur du village lui avait rasé le crâne pour les besoins du film, je me souviens de Francis Blanche et de sa voiture américaine, longue comme un jour sans pain et dont il était très fier au point d’en faire l’article sans manières aux badauds attroupés.

Et la photographie ?

Moi je vendais des glaces au bord de la nationale, à l’entrée du village, des glaces et du Banyuls, Banyuls grand cru, sec, demi-sec et doux. Dégustation à volonté et commandes sur place… et je rongeais mon frein, coincé dans ma guérite toute la journée alors que plus bas, dans le village d’habitude engourdi sous la torpeur aoûtienne, le tournage du film créait ce qu’on appelle aujourd’hui un buzz d’enfer… Une de mes cousines a d’ailleurs fait une photo que je montre ici. J’aurais aimé en être l’auteur, mais non, je n’ai rien vu ou presque du tournage.

Et alors ?

Alors, un jour, devant ma baraque de chantier transformée en stand de dégustation, s’est posté un auto-stoppeur, du genre « beatnik » comme on disait à l’époque, cheveux longs et sac à dos. Il était Américain. Nous avons un peu parlé, un peu car mes notions scolaires de l’anglais ne nous ont pas permis d’aller très loin, et puis Francis Blanche est arrivé…

La puissante Cadillac décapotable a freiné brusquement à trente mètres de ma cabane et s’est immobilisée dans un nuage de poussière. Il y avait à bord l’acteur bien connu et un passager à l’avant. Mon auto-stoppeur a regardé la belle limousine d’un air surpris, le pouce en l’air mais n’a bien sûr pas cru que c’était pour lui qu’elle s’était arrêtée. Il a donc continué à actionner son pouce pour manifester son désir de voyager gratis.

Le passager lui a alors fait signe de venir, signe que j’ai compris le premier et que j’ai traduit par un « for you ! » syntaxiquement bien travaillé…

Le « beatnik » a fini par admettre que c’était bien pour lui que cette magnifique voiture s’était arrêtée et il s’est alors mis à courir vers elle comme s’il avait peur que le chauffeur célèbre ici mais inconnu outre-Atlantique ne change d’avis. Il a jeté son sac à l’arrière, s’est avachi sur le grand siège et la voiture est repartie en faisant bien crisser ses pneus…

Et la photo là-dedans ?

Je me souviens d'avoir regardé l’auto disparaître derrière un virage, je me souviens d’avoir soupiré et rêvé à des voyages au bout du monde… et puis mes yeux se sont portés à l’endroit que venait de quitter mon auto-stoppeur. C’était noir et brillant à la fois. Noir le boîtier et scintillant l’objectif de l’appareil photo réflex oublié dans la poussière du bord de route. Un appareil réflex ! Comment pouvait-on se payer pareil bijou ?

J’ai sauté de mon comptoir de dégustation de Banyuls sec, demi-sec et doux et j’ai ramassé l’appareil photo. J’ai pensé que son propriétaire dont je ne connaissais rien finalement ferait tout pour le récupérer... je le lui aurais bien sûr rendu ! Et c’est comme ça que j’ai pris goût à la photo, avec un appareil japonais oublié sur le bord de la route par un Américain que Francis Blanche a pris en stop, en Cadillac, à l’occasion du tournage de l’Étalon, film écrit et réalisé par Jean-Pierre Mocky, invité dans les Jardins de la Fontaine, dans le cadre du 9e festival de cinéma « Un réalisateur dans la ville ».

Vous voyez bien qu’il y a un lien ! 

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine

L'Etalon, Bourvil, Francis Blanche, Michael Lonsdale, Jean-Pierre Mocky, Un réalisateur dans la Ville, Nîmes, Jardins de la Fontaine


18:33 Écrit par Phil dans Blog, Film, Histoire, Images, Loisirs/Culture, Nature/Environnement, Photos/Dessins, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

Commentaires

Hier, passant à Cerbère,
je pensais à vous, je vous aurai pensé bien plus intensément si j'avais lu votre texte avant.

Cinéma pour cinéma et peinture pour photographie,
je me souviens de Yul Brynner, qui contai l'histoire du vieil homme Pablo Picasso, traçant le sable de sa canne et du regard insensé d'un jeune américain qui voyait disparaitre le chef d’œuvre dévoré par les vagues.

Écrit par : michel, à franquevaux. | samedi, 27 juillet 2013

Merci beaucoup pour cette visite et pour cette anecdote que je ne connaissais pas. Je l'ajoute à celle de Robert Rauschenberg qui va jusqu'à effacer non pas son œuvre mais celle de De Kooning, avec sa permission. Voir ici pour une vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=tpCWh3IFtDQ
J'en avais parlé aussi dans ce blog ici : http://fontdenimes.midiblogs.com/tag/carr%C3%A9+d%27art
Il y a 5 ans maintenant. Que le temps passe vite !
Cerbère est le village où j'ai grandi de 5 à 16 ans et j'ai besoin d'y aller au moins une fois par an pour respirer l'air de l'enfance en allée...
A bientôt, amitiés
P. Ibars

Écrit par : Philippe Ibars | dimanche, 28 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.