Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 08 novembre 2012

Dernier quartier de lune

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Paris est magnifique même sous la pluie, vraiment très photogénique. À condition d’avoir un appareil étanche…

Ici, dès mon retour, le soleil m’attire vers les Jardins de la Fontaine. Le mistral m’y attend, au pied de la Tour Magne. Il a déjà chassé les nuages du matin et sous la lune à l’agonie, il fait tourner en bourrique les plumets.

Je descends, tête en l’air sous les ramures des grands chênes. La palette automnale s’est encore enrichie et le ciel d’un bleu pur ravive les couleurs. Avec mon vieux téléobjectif à miroir je fouille les feuillages les plus hauts, je cadre… je pense à Stephen Shore dont je lis en ce moment la Leçon de photographie et qui écrit : « (…) en introduisant un ordre à cette situation, le photographe résout une image plus qu’il ne la compose. »

Je suis d’accord avec lui : je ne compose rien, je délimite un espace dans le cadre de mon viseur, je sélectionne une vue qui me plaît, dont la planéité est encore plus accentuée par la très longue focale qui écrase toute perspective. La Partie pour le Tout, c’était le titre de mon expo sur les Jardins au Carré d’Art, je continue dans cette voie, le lieu que je hante le plus ne m’a pas encore tout dit de sa nature profonde …

L’œil rivé sur l’œilleton, je ne vois pas mon Berger des agaves qui vient à ma rencontre pour me présenter ses nouvelles plantations. Retour donc vers la Tour Magne par où j’ai commencé. Manuel Adamczyck est vraiment passionnant, il me décrit par le menu les espaces qu’il a composés (lui compose, oui, il ne photographie pas), il me montre un endroit qu’il envisage de « paysager » en travaillant cette fois avec une palette olfactive que la photo est hélas impuissante à traduire. Ainsi on grimpera vers la Tour Magne accompagné d’effluves, d’arômes et de senteurs, invisibles balises savamment disposées !

Je redescends vers le canal en me promettant de bien noter, la prochaine fois, les noms de toutes ces plantes aussitôt oubliés !

Dernier regard vers les Jardins, vers le jet d’eau qui fait danser une feuille acrobate, vers la peau sombre du canal que le vent ride en brisant le reflet d’un micocoulier.

Si je tournais un film ce serait une fin et je dirais « Coupez ! »

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets

Jardins de la Fontaine, Stephen Shore, Plantes, lune, Nîmes, Gard, Languedoc, Parcs, automne, chênes, reflets


dimanche, 04 novembre 2012

La mort vous fait un signe

Paris, Toussaint, mort, Baudelaire, Cimetière Montparnasse, ardins du Luxembourg

Promenades parisiennes entre deux conférences sur « Ce que peut une image », à l’école des Hautes Études en Sciences Sociales, boulevard Raspail. Trois intervenants le matin, une pause à treize heures et trois autres conférenciers l’après-midi, sur deux journées avant la Toussaint… mortel !

Dans les Jardins du Luxembourg, tout près, je croise la statue de Baudelaire, définitivement perdu dans ses pensées. Par hasard, le lendemain même heure, entre deux autres conférences, flânant dans le cimetière Montparnasse pas très loin non plus de l’EHESS, je tombe sur la tombe… de Charles Baudelaire, coincé entre sa mère et son beau-père. Sur la plaque funéraire c’est le beau-père qui tient la vedette avec ses médailles et le rappel de ses hautes fonctions auprès desquelles les quelques vers du beau-fiston ne faisaient pas le poids. Les vers, les autres, les auront à coup sûr traités avec le même égard…

Plus tard, dans Paris, j’entre, curieux, dans une église de Montmartre et j’y capture un étrange cavalier de la mort. J’avais déjà, sur une berge du canal Saint Martin, photographié un graph orné d’une tête de mort. J’avais aussi croisé toute une meute d’enfants qui hurlaient « des bonbons ! » déguisés en zombies, en sorcières diaboliques, en morts vivants, avec des masques de Scream. Halloween, fête des morts, c’est décidément la Camarde qui rôde près de moi… et pour finir, sur un grand boulevard, ce motard qui parade et pétarade, vêtu lui aussi comme un cavalier de la mort. Mais il m’adresse un doigt d’honneur que je prends comme un bon signe : tout va bien, la grande faucheuse t’envoie paître, et les beaux vers de Baudelaire qui me reviennent par bribes peuvent rester longtemps coincés dans leurs feuillets.

Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! levons l'ancre !
Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !
Si le ciel et la mer sont noirs comme de l'encre,
Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons !

Verse-nous ton poison pour qu'il nous réconforte !
Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?
Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau !

Paris, Toussaint, mort, Baudelaire, Cimetière Montparnasse, ardins du Luxembourg

Paris, Toussaint, mort, Baudelaire, Cimetière Montparnasse, Jardins du Luxembourg

Paris, Toussaint, mort, Baudelaire, Cimetière Montparnasse, Jardins du Luxembourg

Paris, Toussaint, mort, Baudelaire, Cimetière Montparnasse, Jardins du Luxembourg



19:20 Écrit par Phil dans Images, Loisirs/Culture, Photos/Dessins, Voyage/Tourisme | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |