Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 11 octobre 2010

Vie et mort du pin d'Alep matricule 24

Philippe Ibars Jardins de la Fontaine DSC_5446.jpg

Je n'aurais jamais cru, en commençant ce blog sur les Jardins de la Fontaine, il y a plus de trois ans, que je verrais mourir des arbres.

Voir vivre et mourir un arbre a quelque chose d'inquiétant. Nos arbres familiers, souvent plantés par nos ancêtres, sont destinés à nous survivre et donner leur part d'ombre à ceux qui après nous viendront.

Voir vivre et mourir un arbre vient rompre inexplicablement l'ordonnance des choses.

Des arbres meurent, certes, accidentellement : c'est la furie du vent du Nord qui fit se rompre le chêne de Jean de La Fontaine. C'est la neige de mars qui a démembré le cèdre trois fois cinquantenaire de nos Jardins de la Fontaine.

Mais cette étrange agonie de nos pins interroge. Ces houppiers qui jaunissent sur les troncs sains en apparence, est-ce normal ? Ces aiguilles qui pleuvent et laissent nues les branches implorantes, est-ce normal ?

Oui, certainement, dirait un spécialiste...

Mais qu'il est triste d'assister, impuissant, à la mort annoncée du pin matricule 24 après celle du matricule 208, en l'espace d'un an ! Qui sera le suivant ?

Allons ! Les arbres sont des arbres, bien sûr, et la douleur des hommes est la seule qui compte.

Mais pour qui voit dans l'arbre une métaphore humaine, la nostalgie n'est pas si ridicule. N'oublions pas enfin que les êtres qui nous sont chers et que nous accompagnons dans leur dernière demeure sont de nos arbres enveloppés, dernière peau, dernière écorce, carapace de bois pour aller vers Hadès...

Oui, c'est un fait, c'est bien au creux d'un arbre que nous finirons tous !

Philippe Ibars Jardins de la Fontaine DSC_0070.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine DSC_4656.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_5554.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine mardi 13 avril 2004 003.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine DSC_2058.jpg

Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_1411.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine DSC_5591.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_9805.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_9806.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine DSC_1816.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine101010.jpg
Philippe Ibars IBA_0496.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_4177.jpg

Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_1870.jpg

Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_5549.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_5544.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine IBA_0128.jpg

 

22:04 Écrit par Phil dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : pins d'alep, jardins de la fonatine, nîmes | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

Commentaires

Très belles photos, très beau texte, hommage magnifique et bouleversant aux arbres, et à votre beau jardin. Merci de toutes ces beautés et de contibnuer à nous enchanter.

Écrit par : cracotte | lundi, 11 octobre 2010

J'aime aussi voir dans l'arbre une métaphore humaine: comme lui, les êtres qui nous sont chers nous suggèrent le chemin à suivre, nous protègent et nous rassurent...

Comme lui, les êtres chers nous invitent à regarder le ciel, les étoiles, pour nous initier peut-être au rêve et goûter certainement à une liberté nouvelle.

Comme lui enfin, les êtres chers sont les gardiens de secrets, de souvenirs, de baisers volés et d'éclats de rire...

Alors effectivement... comment ne pas être ému lorsqu'un arbre meurt silencieusement, emportant avec lui les rêves et les souvenirs de chacun?

Écrit par : Nancy Pailhès-Ibars | mardi, 12 octobre 2010

Très bel hommage à l'un de ces vivants piliers qui bornent nos vies. Je partage totalement cet attachement aux arbres, témoins silencieux de tant de générations, qu'il est toujours triste d'en voir un qui ne sera plus là pour celles à venir.

Écrit par : cathy B | mardi, 12 octobre 2010

Au milieu des arbres...la tour Magne ! Je la cherche du regard et la salue chaque matin en "tanguant" dans le bus qui m'emporte. Il me semble puiser dans cette colonne trapue autant qu'élancée, majestueuse et si tortueuse pourtant, une indicible force : de celles qui m'aident à avancer au milieu des arbres et des humains, les vivants et ceux aussi qui disparaissent de mon paysage mais peuplent toujours mes pensées...
R.D.

Écrit par : R.D. | jeudi, 14 octobre 2010

Oui, bien sur... Il ne faut pas oublier aussi le phénomène pollution...
A Nîmes, il va bientôt y avoir plus de bagnoles que d'habitants !
Trés beaux clichés, comd'hab...

Écrit par : Lecabour | jeudi, 14 octobre 2010

Oui, bien sur... Il ne faut pas oublier aussi le phénomène pollution...
A Nîmes, il va bientôt y avoir plus de bagnoles que d'habitants !
Trés beaux clichés, comd'hab...

Écrit par : Lecabour | jeudi, 14 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.