Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 28 février 2010

Retour sur graphs

 

Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6231.jpg

J'ai publié il y a deux ans exactement sur ce blog une note et un diaporama sur les graphs qui ont fleuri sur et dans de vastes bâtiments abandonnés, voués à la démolition en attendant la construction du futur hôpital du Grau-du-Roi.

Cette note avait suscité quelques commentaires peu amènes à l'encontre du Midi-Libre qui s'en était fait l'écho, venant de personnes qui avaient cru comprendre qu'on faisait ainsi l'apologie de voyous vandalisant des immeubles au mépris de leurs propriétaires, victimes spoliées.

Mon propos n'était pas de juger mais de rendre compte d'une activité qui ne faisait de tort à personne puisque les lieux ainsi graphés devaient être démolis. De plus, il était intéressant de montrer comment ce qui d'ordinaire appartient à l'univers de la trans-culture urbaine pouvait migrer aussi au royaume des dunes, des ganivelles et des pins maritimes.

Nos grapheurs devenaient en quelque sorte des « artistes » en résidence d'été...

Je ne jugeais pas non plus de la qualité de ces graphs, je les montrais de mon point de vue de photographe, tout à fait subjectivement bien sûr, mais c'est aussi cela qui était (et qui le reste) intéressant.

Je suis retourné sur les lieux du « crime ».

Beaucoup de graphs que j'avais photographiés ont disparu, recouverts par d'autres, dont certains sont eux mêmes tout près d'être revisités. De nouveaux pseudos apparaissent, des tags sont jetés à la va-vite sur tous les murs, l'impression est celle d'une certaine lassitude, comme si le lieu inspirait moins, la fin devenant proche.

Alors, avant que cet étrange univers ne soit définitivement confié aux pinces, aux broyeurs, aux grappins, aux bulldozers, aux pelleteuses des démolisseurs et que de nouveaux bâtiments modernes et fonctionnels comme il se doit n'occupent l'espace, voici à nouveau quelques images témoignage d'une énorme pulsion quelque peu anarchique et dionysiaque, que d'aucuns pourraient trouver destructrice et qui est à mes yeux avant tout créatrice.

Philippe bars. Graphs.DSC_6894.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6201.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6198.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6200.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6207.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6212.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6217.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6277.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6248.jpg
Philippe Ibars.Graphs.DSC_6896.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6249.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6194.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6310.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psd DSC_6256.jpg
Philippe Ibars. Graphs. DSC_6194.psdDSC_6197.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6205.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6211.jpg
Philippe Ibars.Graphs.DSC_6920.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6308.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6288.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6306.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6221.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6255.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6302.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6305.jpg
Philippe Ibars.Graphs.DSC_6928.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6295.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6242.jpg
Philippe Ibars. Graphs.DSC_6301.jpg
Philippe Ibars.Graphs.DSC_6914.jpg



18:02 Écrit par Phil dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : graphs, graffs, grau-du-roi, boucanet, hôpital, tags, trans-culture urbaine | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

lundi, 08 février 2010

Il faut sauver l'Amour !

 

Philippe.Ibars Jardins de la Fontaine.DSC_6137.jpg

Il y a dans les Jardins de la Fontaine une jolie statue que d'aucuns trouveront peut-être apprêtée, désuète, datée, mais qui pour moi est gracieuse, charmante, voire émouvante. Elle a pour nom « vers l'Amour » et porte cette signature J. Escoula, 1901.

Jean Escoula (1851-1911), me lâche mon ami « Gougueul » après moult recherches, était un sculpteur qui travailla comme praticien pour deux des plus grands sculpteurs du XIXe siècle, Jean-Baptiste Carpeaux et Auguste Rodin, tout en menant sa propre carrière. On lui doit de belles œuvres comme la douleur, qu'on peut voir au Musée d'Orsay, des bustes de marbre ou de bronze, les Danaïdes, œuvre sculptée pour Rodin, la Mort de Procis, visible au Château de Rambouillet, la Peine ou le Printemps, etc.

La statue nîmoise Vers l'amour fut exposée au salon de 1901. J'ai retrouvé une photo d'époque du catalogue, elle en dit long sur les injures que le temps ou le mépris ont fait à cette œuvre négligée...

Voici un extrait de la notice concernant cette œuvre, consultable dans le site du Patrimoine de France :

« (...) Historique : Groupe attribué en dépôt par l'état contre remboursement des frais d'emballage et de transport ; un courrier du 4 janvier 1904 du ministère de l'instruction publique et des beaux-arts expliquait que "Escoula a préparé un projet de décoration dans lequel ce groupe figurerait à la place principale, projet qui doit être soumis à la ville de Paris, mais si l'exécution en était décidée, elle exigerait une dizaine d'années".
Date protection : œuvre non protégée MH
Statut juridique : propriété publique (...) »

Dans son site exhaustif et précieux consacré à Nîmes, Georges Mathon précise :

« (...) - L'État ayant accordé, en 1904, le groupe en marbre « Vers l'Amour » du sculpteur Jean Escoula (1851-1911) à la ville de Nîmes pour la décoration de la promenade de la Fontaine, la Municipalité étudie l'emplacement idéal.

Le 9 décembre, une discussion s'engage, la Commission des Travaux publics et la Commission des Beaux Arts sont d'accord pour l'installer au centre de l'espace libre situé à l'Est de la grande Allée. M. Maruéjol (Conseiller Municipal), trouvant ce monument délicat et mièvre, quoique joli, le verrait plutôt dans la verdure, dans un bosquet, de préférence vers la source, il ajoute : « la où les commissions voudraient le placer il serait trop loin des regards (à l'époque la pelouse était interdite au public) et en quelque sorte noyé par le soleil. » M. le Maire, Gaston Crouzet, signale que les Commissions ayant prévu de mettre la statue sur un socle provisoire, une fois l'installation faite le Conseil pourra se rendre compte si l'emplacement est bon. Cette statue est actuellement à l'emplacement proposé par les commissions, c'est-à-dire, au centre de la pelouse située à droite de l'allée centrale. »

Si l'on résume, le groupe (appellation officielle) « Vers l'amour » est une véritable œuvre d'art taillée et sculptée dans le marbre par un artiste incontesté, Jean Escoula. Cette œuvre a été placée au centre d'une pelouse (alors interdite) des Jardins de la Fontaine car les édiles de l'époque ont ainsi préféré l'éloigner des regards trop curieux...

Les temps ont changé : aujourd'hui les pelouses des Jardins de la Fontaine sont un espace très agréable, banalisé, dont les nîmois toujours plus nombreux profitent pleinement.

La donne n'est donc plus la même. La statue est devenue un portique de jeux et des bambins l'escaladent acrobatiquement sous le regard amusé des parents ; les deux amoureux reçoivent  fréquemment et sans savoir les bloquer les ballons mal ajustés des Zidane en herbe (ou en pelouse)... Des tags, des obscénités souillent les fesses de marbre de nos pauvres tourtereaux...

Il y a péril en la demeure ! Péril pour les enfants qui vont finir par se blesser lorsque les bras des statues soumis à rude épreuve finiront immanquablement par lâcher, péril pour l'œuvre, évidemment, qui n'est plus respectée.

N'oublions pas qu'une œuvre a déjà été détruite dans les Jardins de la Fontaine : la statue de « la Jeune fille au chevreau », de Marcel Courbier, qui n'a pas résisté aux vandales. Ne pourrait-on comme à Florence réaliser une copie de l'œuvre et en garder l'original (restauré) dans un musée de la ville ?

Espérons que nos édiles alertés sauront réagir à temps et prendront enfin des mesures adaptées pour protéger définitivement nos amoureux malmenés dont voici quelques images glanées au fil des ans.


Blogs mains noir et blanc.jpg
Philipe Ibars Jardins DSC_3544.jpg
Philipe Ibars Jardins DSC_3539.jpg
Philipe Ibars. Jardins de la Fontaine.070210.jpg
Philipe Ibars Jardins DSC_3536.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6133.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_8670.jpg

Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6122.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6096.jpg
blog plan buste.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6104.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6126.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6877.jpg
Philippe Ibars. Jardins dela Fontaine.DSC_6185.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6882.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula statue dos.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula ciba1.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6128.jpg

Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_9715.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_4882.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6177.jpg
Philippe Ibars. Jardins de la FontaineDSC_6136.jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6189.jpg


Hélas...
Amours vandalisés.jpg
On a depuis nettoyé ces souillures...
Mais toujours pas celles-là...
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula .jpg
Philippe Ibars Jardins de la Fontaine J. Escoula DSC_6094.jpg

00:00 Écrit par Phil dans Coup de coeur/Coup de griffe | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : jean escoula, vers l'amour, statue, jardins de la fontaine, sculpture | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |