Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 21 mars 2009

De quoi meurs-tu, bel arbre ?

Blog arbre jaune 1.jpg

De quoi meurs-tu, bel arbre ?
Je t’ai vu dès l’entrant du jardin, de loin, au milieu d’un concert de verdure.
C’est pour le vert que j’étais là, pourtant, et le vert dominant, je n’ai vu que ta robe jaunie. Jaune du déclin, jaune de la maladie, de la tristesse, loin des fastes, de la chaleur, de l’énergie de l’or.
Quel est ton mal, beau pin d’Alep, matricule 208 ?
Au beau milieu de cette vie c’est la mort qui fait signe, ta mort inéluctable. Nous sommes vivants donc mortels, les arbres comme les hommes et qui donne la vie, je sais bien, mon père me l’a dit, donne la mort aussi.
Alors quand je te vois, quand je m’approche de toi, pin numéro 208 à ramure roussie, je sais ce que tu veux me dire. Bashung — de chez Lachaise hébergé désormais — me colle dans la tête une chanson de circonstance, terrible circonstance : « un jour je souffrirai moins, jusqu'au jour où je ne souffrirai plus, un jour je parlerai moins jusqu'au jour où je ne parlerai plus... »

Un jour toi aussi tu ne seras plus là, dans ces Jardins de la Fontaine, un jour prochain. J’ai déjà vu mourir des arbres dans les Jardins de la Fontaine. Leur mal est visible parfois comme le tien aujourd’hui, même si je ne sais le nommer. Parfois c’est une simple croix rouge sang tracée sur l’écorce qui signale la fin de celui qui pourtant nous paraissait bien sain.
Alors l’équarrisseur arrive, sylvestre camarde, la tronçonneuse bourdonne et voilà, c’est fini, bel arbre, tu es abattu, débité, emporté. De toi ne reste qu’un tronc coupé à ras, chicot dont le vortex des cernes trahit l’âge, qui sera à son tour dessouché, extirpé de la terre natale.

Adieu Bashung, adieu bel arbre, un jour…
Blog arbre jaune 2.jpg

Blog arbre jaune 3.jpg

Blog arbre jaune 4.jpg

10:45 Écrit par Phil dans Nature/Environnement | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : arbre, mort, bashung | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

Commentaires

Bel hommage à la vie, à la mort ; à la nature, aux hommes qui naissent pour mourir ; à un vrai artiste qu'est "Alain Bashung". Sur cette terre et ailleurs, rien n'est éternel.

Écrit par : Bernard | samedi, 21 mars 2009

Ça me file la chair de poule....

Écrit par : eddie | dimanche, 22 mars 2009

Je me faisais le même commentaire, en abbatant un arbre mort dans le jardin, hier... Oh, pas un bel Alep, juste un troene vulgarus... Au printemps dernier, il a fait mille grappes jaunes... puis les feuilles sont tombées, puis lui... aujourd'hui... Demain son tronc finira dans la cheminée, ces branches allumerons les grillades du dimanche midi, celles que l'on partage avec les amis des les beaux jours...
Ré écouter "le chene", de Brassens...

Écrit par : Lecabour | dimanche, 22 mars 2009

Oui, la chanson de Brassens, je l'ai toujours dans la tête, à portée de guitare...
Le curé de chez nous, petit saint besogneux,
Doute que sa fumée s'élève jusqu'à Dieu.
Qu'est-c' qu'il en sait, le bougre, et qui donc lui a dit
Qu'y a pas de chêne en paradis ?
Qu'y a pas de chêne en paradis ?

Écrit par : Philippe Ibars | dimanche, 22 mars 2009

Oraison - tombeau, disait-on, encore - pour le 208 de la Fontaine. Je l'ai en photo, photo prise il y a quelques années, qui se découpe au-dessus de cet amphithéâtre de verdure. Impossible de le manquer. Désormais, un trou dans le ciel marquera sa place au firmament des étoiles.

Écrit par : pierre | lundi, 23 mars 2009

un arbre meurt et le monde s'appauvrit....Bashung était aussi un bel arbre !

Écrit par : ulysse | vendredi, 27 mars 2009

Les commentaires sont fermés.