Dans les Jardins de la Fontaine
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 18 novembre 2007

Jardins d'automne

07c99a1fe2e59fd6a57a81a5c716c365.jpg


« Paysage » est un mot qui vient de la peinture, de la Renaissance précisément, il n’est donc pas très vieux. Il désignait la représentation d’un site champêtre en général, puis le tableau lui-même, bref, c’était un thème pictural, comme le nu, la nature morte, le portrait, etc.

C’est dire si un paysage a peu à voir, finalement, avec la nature elle-même. Un paysage est souvent le résultat d’une intervention humaine. Revisitons mentalement nos paysages familiers : des mers de vignes aux souches alignées, des haies de cyprès verts en coupe-vent au bord de terres cultivées gagnées sur des forêts désormais reboisées, des chemins qui serpentent dans des plaines jaunes de colza, une borie noyée dans des vagues de lavande …

Avez-vous remarqué d’autre part que l’automne se pare moins de couleurs éclatantes dans nos Cévennes moins fréquentées par les châtaigniers et repeuplées de sobres conifères qui n’ont pas besoin de se dépouiller pour passer l’hiver ?

Avez-vous remarqué que dans nos villes aussi et pour d’autres raisons, les arbres à feuilles caduques, celles qui incendiaient nos automnes de leurs couleurs saturées, sont de plus en plus remplacés par d’autres essences aux feuillages persistants ? La variété n’est plus de mise. Les arbres sont au pas… Des raisons d’économie, sans doute : le ramassage des feuilles mortes a un coût… de plus basses raisons aussi : tous ces palmiers en uniforme vert qui colonisent les villes du Sud leur donnent un air de cartes postales, une touche « exotique » propre à séduire le touriste et à nous faire croire que nous vivons et travaillons en Floride, aux Bahamas, à Tahiti, bref, que sans le savoir nous sommes en vacances et de quoi nous plaignons-nous ... ?

Dans les Jardins de la Fontaine, en revanche, toutes les essences cohabitent : les platanes, les marronniers, les sophoras qui témoignent de l’arrivée de l’automne, avec les pins, les cyprès, les chênes verts, les cèdres du Liban, les oliviers et autres espèces méditerranéennes qui veulent faire croire encore à l’été. Est-ce un combat « d’arrière saison » ? Non, c’est une métaphore du « paysage » humain d’aujourd’hui, une palette métissée dont ferait bien de s’inspirer l’homme frileux qui sépare, qui exclut, qui cloisonne, rejette, déteste, a des haines si fortes que l’idée seule de la différence lui devient haïssable.

Si les paysages sont à l’image de l’homme, puisse alors cette image être vraiment humaine…

Bonne visite de mon album "Jardins d'automne".

19:45 Écrit par Phil dans Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

Commentaires

je viens frotter la "lampe" de ton blog cher Philippe et j'y découvre de jeunes éphèbes dévêtus qui ne craignent pas les frimas de l'hiver et des arbres chenus qui se baignent dans l'eau des rivières....ici tout est calme, luxe et volupté...

Pour en revenir à ton propos sur les essences arborifères, je partage ton inquiétude sur la prolifération abusive des pins et des palmiers qui dénaturent les paysages garrigue des bords de la méditerranée

Cet espace qui résulte d'une civilisation faisant une large place aux activités de culture et d'élevage des ovins et et qui représente un des milieux les plus riches du monde en termes de faune et de flore est en train de disparaître sous l'effet d'une urbanisation rampante et de préoccupations esthétiques déplacées.

Écrit par : ulysse | lundi, 19 novembre 2007

Cher Philippe,
votre album
"Jardins d'automne"
est somptueux,
c'est une très belle exploration
de l'idée de "l'explosante fixe",
acceptez je vous prie,
mes félicitations et mes remerciements.

Écrit par : michel, à franquevaux | samedi, 24 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.